Le profil des voies et les cotations

De plus en plus populaire, l’escalade est un sport qui appelle aussi bien le petit que les grands. Récemment pratiquée de manière artificielle dans les clubs, elle demeure malgré tout une activité qui requiert beaucoup d’entraînement. Ainsi, en vue de se perfectionner, il est obligatoire d’avoir un minimum de connaissance sur les règles de base. Il s’agit prioritairement de maîtriser les différentes voies d’escalade et d’avoir une idée sur le degré de difficulté de chacune. Il a donc été jugé bon de présenter dans la suite de cet article tout ce qu’il faut savoir sur les voies et les cotations.

La voie verticale 

La voie verticale est la montée en verticale d’un mur artificiel ou d’une falaise, mais qu’importe le support, le niveau de difficulté est le même. Cotations escalade est chiffrée de 1 à 9 de manière générale. Cette numérotation dispose un sous niveau numéroté a, b et c, ainsi la cotation 4b est plus difficile que la cotation 4a. Mais la cotation 4b sera plus facile que la cotation 5a. De plus, il arrive qu’on ajoute le signe + sur une cotation pour montrer que le niveau est plus complexe. C’est le cas du niveau 6a+ qui est plus difficile que le niveau 6a.

A lire en complément : Comment débuter l’escalade en salle ?

De ce fait, la voie verticale a été cotée de 5a jusqu’à 6a en raison de la forte intensité et de la complexité du grippage.

La voie en dalle

L’escalade dite en dalle est pratiquée en plein air et sur un espace rocheux. En conséquence, vous devez escalader une paroi rocheuse possédant un angle d’inclinaison. Mais cette inclinaison doit être positive, c’est-à-dire inférieure à la verticale. Elle requiert donc quelques équipements à savoir :

Dans le meme genre : Où pêcher en rivière autour du Roanne ?

  • Des chaussons
  • Une corde
  • Un dispositif de sécurité
  • Un casque…

Lorsque vous disposez de l’équipement approprié, pour monter une voie en dalle, il faut, en premier lieu, maîtriser la technique des pieds. C’est d’ailleurs pour cette raison que la cotation est estimée de 3 à 5a.

Le dévers

Le dévers est la voie d’escalade la plus compliquée. Elle nécessite non seulement l’usage des pieds comme la dalle, mais aussi des bras. En raison de cela, elle exige une forte dépense énergétique durant le parcours. Globalement, pour grimper une voie déverse, vous aurez à changer de direction plusieurs fois. Et cela a lieu sur des prises plus ou moins petites ou moyennes. C’est à la vue de cela que la voie déverse est cotée de 6b à 7c. 

Hormis la présentation ci-dessus, il faut signifier que les niveaux 3 et 4 sont à la portée de tous ceux qui débutent en escalade. À partir du niveau 5, vous devez être un grimpeur régulier dans les clubs de grippage artificiel. Pour des professionnels, le plus petit niveau est de 7 et se limite au 9b. Car, jusqu’à nos jours, aucun grimpeur n’a pu dompter le niveau 9c.